Produits pour véhicule léger / camionnette / 4x4

stage_image

Médias

#ShareTheRoad-enquête sur la sécurité routière

Le principal reproche porte sur les infrastructures

04/10/2018

Le Belge continue à rouler trop vite, à se servir de son smartphone au volant et à prendre la route sous influence, même à vélo. Automobilistes et cyclistes font généralement bon ménage, sauf quand il s'agit de livreurs de colis ou lorsque la voiture frôle le vélo d'un peu trop près. Mais bien plus que notre comportement, c'est l'état des routes – et pire encore – des pistes cyclables qui frustre le plus les usagers.

 

La sécurité routière fait partie des priorités du pneumaticien Continental. Au même titre que la relation entre l'automobiliste et le cycliste, qui y contribue grandement. Pour se faire une idée plus précise, Continental Belgique a enquêté en ligne auprès d'usagers belges pour identifier leur comportement et leur façon de partager la route.

 

Dans le cadre de cette enquête, plus de 800 Belges – pour la plupart des cyclistes actifs – ont décrit leur comportement et celui des autres usagers et exprimé leur sentiment de sécurité sur la route. Premier constat : même s'il règne une impression de rivalité entre les usagers, tout semble néanmoins se dérouler sans heurts. Ce sont surtout les comportements individuels et les infrastructures routières (bien que celles-ci n'étaient pas l'objet principal de l'enquête) qui semblent source de grogne et d'insécurité.


ShareTheRoad Continental

Connais-toi toi-même !

Plus de 77% des automobilistes interrogés admet rouler (parfois) trop vite. Un sur trois reconnait utiliser son téléphone au volant en plus de téléphoner en mode mains-libres. Et un sur quatre avoue prendre occasionnellement la route sous influence. Parmi les cyclistes, 35% admettent de temps en temps reprendre le vélo après un verre de trop. Pour que l'on comprenne bien, ce sont les intéressés eux-mêmes qui se jugent. C'est bien d'être honnête… mais c'est beaucoup quand même ! D'autant plus que ces trois comportements sont bien connus pour être à l'origine de nombreux accidents avec des blessés.

 Heureusement, certains résultats sont plus encourageants, notamment en matière de port de la ceinture de sécurité (toujours pour 97,5% des conducteurs) et du casque (toujours pour 85% des cyclistes), mais aussi du respect des règles de priorité. Pour l'automobiliste comme pour le cycliste, les freins et les pneus sont les principaux systèmes de sécurité.

La voiture et le vélo sont apparus comme les principaux modes de transport, et de loin. La voiture reste indétrônable au quotidien (faire les courses, conduire les enfants à leurs activités…). Le vélo sert essentiellement à se rendre à l'école, au sport, chez un copain… mais gagne aussi du terrain parmi les navetteurs. Constat étonnant : la moitié des personnes interrogées n'utilise jamais les transports en commun.

camionnette

Tout le monde courtois ?

Quand il s'agit de partager la route, c'est à l'égard des piétons et des cyclistes (non-électriques) que nous sommes les mieux disposés. En revanche, le transport professionnel de personnes et de marchandises a le don de nous énerver. Mauvais point surtout pour les livreurs à domicile (à vélo, cyclomoteur ou en camionnette). Le comportement des chauffeurs de camion et d'autobus n'est pas jugé autrement que celui des autres automobilistes. Les vélos à assistance électrique récoltent le même score, bien inférieur à celui des autres cyclistes.

Les piétons que traversent en dehors des clous ou qui se promènent sur la chaussée sont également source de frustration chez les automobilistes. Le cycliste circulant sur la voie est généralement mieux toléré. Inversement, les cyclistes s'offusquent lorsqu'une voiture les frôle de trop près ou effectue une manœuvre imprévue (tourner sans clignotant, ouvrir brusquement la portière ou passer au rouge). Et c'est logique, quand on sait à quel point ces comportements inconsidérés menacent la sécurité du cycliste.

piste-cyclable

L'infrastructure routière sur le banc des accusés

78% des personnes interrogées se sentent à l'aise, voire en sécurité sur la route. Et si sentiment d'insécurité il y a, il provient pour 80% des participants avant tout de l'état de la route, et essentiellement des pistes cyclables. 93% estiment en effet que les (trop rares) pistes cyclables sont en mauvais état, à l'exception du Limbourg où 20% qualifient leur état de 'correct'.

La deuxième cause d'insécurité semble être le fait que les cyclistes et les piétons doivent partager la route avec les voitures. 92% des répondants estiment que si voitures, vélos et piétons disposaient de routes séparées, ce serait plus rassurant. La prise de conscience de son propre comportement n'arrive qu'en deuxième position avec 67%.

distance

Vision Zéro: réduction du nombre d'accidents de circulation à zéro!

Ce besoin de conscientisation n'est pas neuf pour Continental. Au-delà de cette enquête belge, les constats d'enquêtes étrangères antérieures vont essentiellement dans ce sens.  “C'est exactement l'objectif de la stratégie Vision Zéro que nous menons depuis quelques années”, explique Thomas Vanautgaerden, Marketing Communications Manager chez Continental Benelux. “Nous investissons un maximum pour réduire le nombre d'accidents de circulation à zéro. Qu'il s'agisse du port de la ceinture, de l'éclairage ou du partage optimal de la route, la sécurité dépend avant tout de la prise de conscience des dangers du trafic. Nous trouvons notamment qu'en cas de dépassement, la distance latérale légale d'un mètre entre la voiture et le vélo est insuffisante et plaidons son passage à un mètre et demi.”

“Chez Continental, nous développons des technologies destinées à accroître la sécurité de tous les usagers de la route. Cela va de la fabrication de pneus de qualité pour tous types de véhicules – vélos, voitures, camions… – à la conception de systèmes de freinage intelligents, comme l'AEB qui ralentit automatiquement le véhicule à l'approche d'un obstacle. Le fait d'occuper un même espace public lie inévitablement les usagers entre eux, de même qu'automobilistes et vélos sont liés par cette technologie qui les lie à la route : leurs pneus !”

Continental développe des technologies et services d’avant-garde au service d’une mobilité durable et connectée des personnes et de leurs biens. Fondée en 1871, l’entreprise technologique propose des solutions sûres, efficientes, intelligentes et abordables pour les véhicules, les machines, le trafic et le transport. Continental a réalisé un chiffre d’affaires de 44 milliards d’euros en 2017 et emploie actuellement plus de 240.000 personnes dans 61 pays.

La division Pneus de Continental, un des principaux acteurs sur le marché international du pneu, compte pas moins de 24 sites de production et de développement dans le monde. En 2017, son bilan faisait état de 54.000 salariés et d'un chiffre d'affaires de 11,3 milliards d'euros. Continental fait figure de pionnier technologique sur le marché du pneu et propose une large gamme de produits pour voitures de tourisme, véhicules professionnels et deux-roues. Grâce aux investissements permanents consentis dans la recherche et le développement, le groupe contribue à rendre la mobilité économiquement et écologiquement plus viable. Le département Pneus assure aussi des services à l'intention du secteur du pneu et des applications fleet, ainsi que des systèmes de gestion numérique pour les pneus destinés aux véhicules professionnels.


Contact
Thomas Vanautgaerden

Marketing Communications Manager

Continental Benelux

Hermeslaan 1B

1831 Diegem
Belgique

+32 (0) 2 710 23 07

Nous utilisons des cookies pour nous assurer que votre visite sur notre site soit la meilleure possible. Cliquez ici pour en savoir plus ou modifier vos réglages relatifs aux cookies.