Produits pour poids lourds

stage_goods_TT

Pneus Poids Lourd Goods

Vous voulez lever le pied ? En aucun cas !

Wilhelm Pollmer garde des lunettes de lecture dans la poche de sa chemise pour le cas où il devrait lire les très petits numéros d'un roulement à billes. Son nouveau pied à coulisse est doté d’un écran électronique. « Maintenant, je peux voir sans aide », dit l'homme de 59 ans en souriant. « Sinon, rien n'a changé. » Devenu une institution chez Conti, Wilhelm Pollmer travaille à Korbach depuis 44 ans : Il entretient les machines utilisées par Continental pour produire ses pneus spéciaux pour utilitaires.

article_66w_image1

Il commence à travailler à 5h15 le matin et quitte à 13h45. Il y a quelques années, quand on a demandé à Wilhelm Pollmer s'il voulait continuer à travailler dans l'équipe du matin, il a immédiatement répondu oui. « J'aime vraiment pouvoir me détendre l'après-midi. Je ne suis plus nécessaire ici la nuit. » C'est aux collègues plus jeunes d’assurer ces horaires. Mais ils ont toujours pu demander à leur collègue senior un petit conseil. Par exemple, quand des compétences manuelles sont nécessaires, ce qui est souvent le cas pour le réoutillage (les types et les tailles de pneus demandent des moules différents pour le pneu vert). Ou bien si un axe est cassé : Wilhelm Pollmer a toujours été connu pour savoir souder une pièce improvisée en attendant l'arrivée de la pièce de rechange.

Il a acquis ses compétences manuelles en bas de l'échelle en commençant son apprentissage comme régleur de machines à la fin des années 60 à l'unité commerciale des pneus de vélo de Continental. « Nous avons commencé par le limage, pour rendre un morceau de fer beau et anguleux », se rappelle Pollmer en souriant. Pour conserver en permanence l'avance technologique, il a souvent suivi des formations. Hydraulique, pneumatique : de nos jours, tous les aspects de la production des pneus sont commandés par ordinateur. « Les formules sont enregistrées dans l'ordinateur, vous n'avez qu'à indiquer quel pneu vous voulez créer, la machine connaît tout. »

En 1993, Pollmer est passé aux pneus pour véhicules utilitaires après le développement de la production à Korbach. Il n'a jamais voulu quitter Continental : « J'habite à proximité, l’entreprise est bien respectée et je m’y sens connecté. Après tout, j'y travaille depuis mon apprentissage. Et qu'est-ce que vous auriez fait différemment ? « Rien », rit le régleur de machines. « Peut-être rester à l'école un peu plus longtemps, si cela avait été possible. »

Wilhelm Pollmer n'a pas peur de la retraite. Deux de ses collègues ont déjà franchi le cap. « Nous restons en contact et nous nous invitons pour les fêtes de Noël. » Et même à la maison, ses compétences manuelles sont très utiles : Pollmer s'occupe de la maison et du jardin, tond la pelouse, fend du bois pour l'hiver et répare les voitures de ses deux enfants. « Mon épouse me dit toujours que j'ai assez à faire à la maison, que je n'ai plus besoin d'aller à l'usine. »

Nous utilisons des cookies pour nous assurer que votre visite sur notre site soit la meilleure possible. Cliquez ici pour en savoir plus ou modifier vos réglages relatifs aux cookies.