Produits pour poids lourds

Pneus hiver Continental

Défiez l'hiver en toute confiance.

D'un lancement au suivant

Derrière chaque pneu pour véhicules utilitaires Continental mis sur le marché se cachent des talents comme Andreia Bessa et José Esteves. Les ingénieurs de développement traduisent les bonnes idées en pneus de meilleure qualité encore, génération après génération.

article_66w_image1

« Bonjour, je m'appelle Andreia » nous dit la jeune femme dont les yeux bleu vif scintillent. Avec ses ongles élégamment vernis, ses cheveux mi-longs et ses boucles d'oreille, elle ne correspond pas exactement à l'image d'un concepteur de pneus féru de technologie. Elle monte rapidement les escaliers et passe la porte ouverte du bureau de son collègue, José Esteves. José a 27 ans et comme Andreia, il est Portugais. Il travaille depuis quatre ans au centre de développement de Continental à Hanovre. Il nous dit que les voitures l'ont toujours intéressé et qu'après ses études d'ingénierie mécanique, il est naturellement arrivé en Allemagne, centre de l'industrie automobile européenne. José a récemment achevé le développement de 15 nouveaux pneus de véhicules utilitaires pour Continental : une gamme complète de produits devant être mise sur le marché cette année. Maintenant, il s'assure du bon déroulement de la production, parce que son travail ne sera achevé qu’une fois ces pneus commercialisés.

Andreia a débuté la recherche et le développement chez Continental il y a plus de 12 mois, mais ses pneus en sont encore au stade de l'étude sur papier, ou plutôt sur écran d'ordinateur. « Nous avons réalisé l'ensemble des tests et expériences virtuels et nous avons décidé à quoi doivent ressembler les pneus », explique la pétillante jeune femme de 31 ans, qui préférait les Lego aux poupées Barbie quand elle était enfant. Les moules des prototypes sont commandés et les tests commenceront le mois prochain pour voir si les pneus répondent aux attentes. À partir de ce moment, chaque modification coûte du temps et de l'argent, donc la pression est palpable. Surtout quand un nouveau mélange de caoutchouc, également développé pour le projet d'Andreia, est dans le mélangeur. «  Il faut toujours un plan B si quelque chose se passe mal », dit-elle en riant. « Ses » pneus sont destinés à des véhicules pour la construction en Europe et au Moyen-Orient, ils doivent donc être particulièrement durables, tout en étant conformes aux réglementations européennes. Andreia en est bien consciente : « C'est l'un de nos grands défis ».

« Nous ressentons la chaleur et nous voyons les routes »

Depuis la fin 2012, les pneus européens ont été labellisés en termes de bruit de roulement externe, mais aussi d'efficience énergétique et d'adhérence sur sol mouillé. Des conditions relativement différentes s'appliquent en Europe par rapport à des pays comme la Turquie, que ce soit en termes de conditions climatiques ou routières. José prend un morceau de pierre aiguisé sur son bureau : un souvenir d'Oman. « Il me rappelle ce que doivent affronter les camions là-bas », dit José de sa voix posée. « Continental veut grandir, l’entreprise doit donc conquérir de nouveaux marchés et comprendre ses clients locaux ». C'est généralement au début du développement que les ingénieurs visitent le pays de destination de leurs pneus. « Nous ressentons la chaleur et nous voyons les routes, nous échangeons avec nos équipes d'entretien locales et avec les clients », explique José. Comment utilise-t-on les pneus là-bas ? Que manque-t-il à nos clients ? « Même un court voyage apporte souvent de nouvelles idées. » Il en résulte des modèles de pneus particulièrement résistants pour la Turquie ou qui résistent bien à la chaleur pour les pays du Moyen-Orient.

Andreia et José ont surtout besoin de leurs connaissances créatives au début d'un processus de développement lorsque la direction de la marque leur donne comme mission de développer un pneu aux caractéristiques spécifiques. Ils mettent en place une étude de faisabilité et vont souvent au-delà des limites de ce qui peut être mis en œuvre. Peut-être parce que les diverses exigences génèrent des objectifs contradictoires ou parce que les produits doivent être améliorés sans augmenter les coûts. « Pour garder une longueur d'avance sur nos concurrents, nous devons assurer notre avance technologique et aussi anticiper, de plusieurs générations », déclare Andreia. À la place de tests sans fin, il faut un bon concept avec des calculs précis, ainsi que des visualisations sur ordinateur. Andreia et José sont assistés d’une multitude de collègues : ce sont des experts de chaque partie du pneu, de l'acier incorporé au mélange de caoutchouc pour la sculpture, la structure et les performances. Le service Marketing vérifie la valeur ajoutée du pneu pour le client. Le service à la clientèle et les employés des essais de terrain apportent des conseils et des avis sur les conditions locales. Six à sept départements sont impliqués dans le développement d'un pneu, chacun doit donner son feu vert avant que le développement puisse passer à la phase suivante. « Pour réussir une étape, il faut de nombreuses signatures sur notre feuille de route », sourit José.

Pour que la roue continue à tourner

Chez Continental, personne n'invente un pneu en travaillant tranquillement de sa propre initiative. « Par dessus tout, nous sommes chefs de projet et nous devons pouvoir tout organiser pour conclure nos projets dans les délais et en respectant le budget  », déclare Andreia, avec les yeux qui pétillent. Des processus sûrs et un feedback de l'équipe et de la direction garantissent que rien ne tourne mal. Après tout, les collaborateurs de la recherche et du développement chez Continental font tourner la grande roue. « Tout juste sorti de l'université, j'ai tout de suite eu beaucoup de responsabilités, c'est bon pour la motivation », explique José.  Andreia enchaîne rapidement : « Vous sentez que cela repose sur vos épaules. » Vous n'en apprendriez pas autant sans ces responsabilités. » Andreia a étudié la chimie et a déjà travaillé pour d'autres fournisseurs automobiles avant de rejoindre Continental en 2010, initialement à l'usine de pneus du Portugal. « Continental est fondamentalement différent », dit-elle avec enthousiasme.

Le fait qu'elle ne parlait pas un mot d'allemand lorsqu'elle est arrivée importait peu à son nouvel employeur. « Par chance, notre efficacité au travail ne dépend pas de la langue que nous parlons », explique Andreia. « Ici, à Hanovre, l'environnement est entièrement multiculturel. Quand le meilleur est tiré de chaque culture, cela crée une excellente atmosphère de travail. » Mais ici, vous attrapez rapidement le virus : « Dehors, nous observons automatiquement les pneus de camion, même pendant nos vacances », déclare José en souriant. Quel est l'état des pneus ? Et bien sûr : qui est le fabricant ? « Je suis très fier quand je vois un pneu que j'ai développé », dit José.

Andreia et José n'ont pas non plus peur d'être à court d'idées : « Il est toujours possible d’améliorer les produits. » Par-dessus tout, l'avenir est aux pneus propres : émissions et consommation réduites grâce à une faible résistance au roulement. Les concepteurs de pneus ont déjà quelques idées en tête. En effet, à chaque lancement succède le lancement suivant : la prochaine génération de pneus est assurément en préparation.